La scie sauteuse

La scie sauteuse est un outil polyvalent, idéal pour les petits travaux, notamment en agencement. Elle est idéale pour les découpes non droites, chantournées, mais ausi pour les coupes droites…

Toutefois, il est difficile d’obtenir des coupes parfaitement rectilignes et d’équerre, surtout dans les matériaux épais et avec des machines d’entrée de gamme. Très maniable, la scie sauteuse permet de découper d’autres matériaux comme le métal ou les plastiques. On peut déligner, tronçonner, travailler en bord de pièce ou dans une pièce, réaliser des coupes d’équerre ou inclinées, travailler à la volée ou avec un guide.
Le principe de coupe repose sur le va-et-vient vertical d’une lame longue et fine (indispensable pour les coupes chantournées).
La machine comporte un bloc-moteur monté sur une semelle métallique. Le bloc-moteur est inclinable pour les coupes à 90° ou à 45°, ou avec un autre angle. Il existe des modèles à alimentation sur secteur ou autonomes sur batterie.

Deux habillages sont possibles pour le bloc-moteur : un dispositif avec une poignée étrier et un système avec poignée champignon. Les deux options se valent. Le choix est avant tout une question de goût. Le modèle à poignée étrier permet d’appuyer d’une seule main la semelle de la machine contre la pièce. Avec l’autre modèle, on appuie d’une main et on pousse la machine de l’autre main, en tenant le corps de l’outil.
Il est très important de plaquer fermement la semelle de la machine contre la pièce pendant le sciage : le mouvement de la lame a tendance à faire remonter l’appareil. Un appui insuffisant est source de vibrations, de mauvaise coupe et de risques de casse de la lame.
La semelle des scies sauteuses est souvent pourvue d’un manchon permettant de raccorder un flexible d’aspirateur de chantier. Un patin en matière plastique situé sous la semelle facilite le glissement et évite le marquage des pièces.

Certains modèles sont munis d’un variateur de vitesse. Celui-ci n’est pas indispensable pour la découpe du bois, mais il l’est pour d’autres matériaux comme le plastique, le métal et la céramique.
La verticalité de la lame est assurée par un galet métallique (situé juste derrière) sur lequel elle coulisse.
Sur la plupart des scies sauteuses il est possible de régler le mouvement pendulaire : la lame s’incline légèrement vers l’arrière lors de la descente, ce qui améliore le sciage, car la sciure est mieux évacuée et les frottements sont diminués. Elle revient en position verticale à la remontée pour la coupe. Le mouvement pendulaire est ajustable : la position 0 est réservée aux matériaux cassants (céramique, fibrociment) et aux métaux. Les positions 1 à 3 sont utilisées pour le bois. Pour les pièces de faible épaisseur, réglez la scie sur un mouve­ment pendulaire faible afin d’obtenir un état de surface satisfaisant. Pour les pièces épaisses, augmentez le mou­vement pendulaire afin d’accélérer la coupe.
La lame se loge dans la partie avant du bloc-moteur. Plusieurs systèmes de fixation existent : avec un tournevis, une clé ou sans outil (système SDS).
Attention, avant de remplacer une lame, débranchez la machine. Si vous venez de l’utiliser, la lame peut être brûlante : manipulez-la avec des gants ou laissez-la tomber sans la toucher.

D’après Le grand livre de la menuiserie © DFTG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *