Les outils à frapper en menuiserie

Que l’on soit adepte d’outils traditionnels ou modernes électroportatifs, on ne peut s’en passer : les outils à frapper sont indispensables dans toute boîte à outils…

On peut distinguer deux groupes d’outils à frapper : les marteaux et les maillets. Le marteau de menuisier traditionnel se compose d’un manche généralement en frêne ou en plastique et d’une tête en acier trempé. Il se décline en différentes tailles, selon la force de frappe recherchée, et la hauteur de tête. Celle-ci est percée d’une lumière : l’œil. Il permet d’insérer le manche, qui est maintenu par un coin métallique enfoncé à force. Le marteau a de multiples utilisations, comme planter les clous ou enfoncer les chevilles et les tourillons.
Équipez-vous d’au moins deux marteaux de menuisier avec des têtes de 20 et 30 mm, par exemple. La panne du marteau de menuisier permet de commencer à planter les petites pointes sans se taper sur les doigts, la fin du clouage s’effectuant avec la tête du marteau. On ne frappe jamais directement une pièce de bois avec un marteau, au risque de la marquer, on intercale toujours une cale martyr (chute ou rebut, par exemple).
Le marteau de menuisier traditionnel britannique est également répandu, mais sa tête est totalement différente.
Il existe une très grande variété de marteaux selon le corps de métier. On trouve des marteaux de mécanicien (rivoir), d’électricien, de vitrier, de charpentier… ainsi que des variantes dans chaque métier, et parfois des spécificités régionales. Le marteau de charpentier moderne possède une tête dont la surface de frappe est quadrillée et comporte un dispositif aimanté pour le positionnement des clous. Sa panne fendue sert d’arrache-clou et l’une de ses pointes est plus allongée et plus pointue pour pouvoir planter le marteau dans la charpente. On trouve également des marteaux dits américains dont la surface de frappe est ronde et la panne fendue, pour servir d’arrache-clou. Leur manche est généralement en acier tubulaire, mais il peut également être en bois (modèles dits d’emballeur).
Certains types de marteaux sont très spécifiques et ne servent pas forcément à frapper, mais plutôt à optimiser les collages, comme le marteau à plaquer avec sa panne élargie.
Quand on assemble des pièces de bois par clouage, le dépassement des têtes de clous n’est pas souhaitable. Pour les dissimuler, on utilise un chasse-clou. Ce petit accessoire en acier permet d’enfoncer la tête dans le bois. Elle sera ensuite dissimulée avec une pâte à bois, pour obtenir une surface nette.

L’autre outil de frappe très utilisé pour le travail du bois est le maillet. Il en existe deux modèles : le maillet de menuisier et le maillet de sculpteur.
Le premier est pourvu d’une tête en hêtre massif de forme légèrement trapézoïdale et montée sur un manche en frêne. Le second est doté d’une tête cylindrique en hêtre massif.
On utilise les maillets pour diverses applications, principalement pour frapper le manche des outils d’entaillage (ciseau à bois, bédane, gouge…) afin de ne pas les détériorer. Le maillet de sculpteur a le même usage, avec les outils à entailler spécifiques au sculpteur.
Pour monter des assemblages, on peut utiliser un maillet à tête en caoutchouc, qui ne marquera pas le bois.

D’après Le grand livre de la menuiserie © DFTG

Laisser un commentaire