La constitution d’un puits canadien

Bon pour faire des économies et pour la planète, le puits canadien (ou provençal) est un procédé simple et écologique. Il consiste à exploiter la température du sol. En effet, à partir d’une certaine profondeur, la température reste quasiment la même quelle que soit la saison…

Le puits canadien est particulièrement intéressant dans le cadre d’une ventilation double flux (VMC double flux).
Pour être sûr de bien calculer un puits canadien adapté à votre cas, demandez une étude auprès d’un professionnel (bureau d’études, installateur…).
Un système de puits canadien comprend plusieurs éléments : une borne de prise d’air, une canalisation ou collecteur, un système d’évacuation des condensats, un bouchon de visite pour le nettoyage éventuel et un système de ventilation. Plusieurs fabricants proposent des kits complets pour réaliser un puits canadien.

La borne de prise d’air se compose généralement d’un tube métallique en acier galvanisé. Elle est ancrée sur un socle en béton et reliée de façon étanche au collecteur. La prise d’air doit être suffisamment haute pour ne pas aspirer les polluants situés au ras du sol et être munie d’un ou plusieurs filtres. Une grille de protection doit empêcher l’entrée des insectes et des petits animaux. Un chapeau la protège des intempéries. Elle doit également être située à plus de 8 m de tout lieu de passage ou de stationnement des véhicules et le plus loin possible des plantes susceptibles de dégager beaucoup de pollens.
Le diamètre de la borne doit être adapté à celui du collecteur, lui-même compris entre 16 et 25 cm. Un diamètre supérieur n’améliorerait pas les échanges thermiques. Un diamètre inférieur ne permettrait pas une ventilation suffisante.
La figure ci-après détaille les éléments constitutifs d’une installation type.

D’après L’isolation © DFTG

Laisser un commentaire