La laine de roche

La laine de roche est courante pour l’isolation des bâtiments. Elle constitue un bon compromis entre ressources nécessaires et performances offertes…

Elle est fabriquée à partir d’une ressource abondante, le basalt (roche volcanique), de fondant et de coke. Elle est fondue à 1 500 °C dans un cubilot, puis traitée industriellement de façon analogue à la laine de verre.
C’est un matériau léger d’une masse volumique de 40 kg/m3. Son inertie thermique est légèrement supérieure à celle de la laine de verre, mais reste moyenne.

Les risques potentiels pour la santé sont les mêmes que ceux de la laine de verre. Les fibres de laine de roche sont réputées peu dangereuses. Elles peuvent cependant entraîner des irritations cutanées et des voies respiratoires supérieures, aussi les mêmes précautions de pose que la laine de verre sont à respecter.

La laine de roche est recyclable, mais il n’y a pas de filière adaptée. À l’état de déchet, elle ne présente pas de risque de pollution pour l’environnement (déchet inerte). Son niveau d’énergie grise est correct, soit environ 150 kWh/m3, ce qui n’en fait pas un matériau écologique en soi mais est raisonnable par rapport à d’autres matériaux.
Elle est incombustible, résistante à la chaleur et conserve ses performances mécaniques même à haute température. Elle ne dégage pas de gaz toxiques.
La laine de roche conserve sa compacité dans le temps et supporte bien la compression (panneaux).
Les performances thermiques sont bonnes, avec une conductivité thermique comprise entre 0,032 et 0,040 W/m.K. La laine de roche peut être utilisée comme isolant acoustique de qualité contre les bruits aériens et les bruits d’impact.
La perméabilité à la vapeur d’eau de la laine de roche est élevée. En cas d’exposition momentanée à l’eau, il suffit de la laisser sécher pour qu’elle retrouve ses performances initiales.

La laine de roche est disponible en rouleaux, panneaux, flocons ou complexes isolants. Les domaines d’emplois sont identiques à ceux de la laine de verre. Cependant, elle est préférée lorsque les contraintes mécaniques sont importantes (isolation sous chape, toiture-terrasse, isolation par l’extérieur sous enduit…).

D’après L’isolation © DFTG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *